Federer éliminé du tournoi de Wimbledon, Résultats quarts de finale Hommes

30 juin 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans 2010

Vous pouvez consulter ici les rĂ©sultats masculins des quarts de finale du tournoi de tennis de Wimbledon, Ă©dition 2010. C’est un tableau complet avec des liens vers chacun des tours et parties de tableau. Wimbledon est le troisième des 4 grands chelems de l’annĂ©e (ont prĂ©cĂ©dĂ© l’Open d’Australie et Roland Garros et suivra l’Us Open).

1er Tour Tableau 1 2 3 4
2ème Tour Tableau 1 2
16ème de Finale
8ème de Finale
Quart de Finale
Demi Finale
Finale
Roger Federer (1) 4 6 1 4
v                        voir ci-dessous Tomas Berdych
Tomas Berdych (12) 6 3 6 6
Novak Djokovic (3) 6 6 6 Novak Djokovic
v
Yen-Hsun Lu 3 2 2
Jo-Wilfried Tsonga (10) 7 6(5) 2 2
v Andrew Murray
Andrew Murray (4) 6(5) 7 6 6
Robin Soderling (6) 6 3 6(4) 1 Rafael Nadal
v
Rafael Nadal (2) 3 6 7 6

.
Roger Federer s’est inclinĂ© face Ă  Tomas Berdych en 4 sets, 6-4 3-6 6-1 6-4.

Statistiques du Match
Federer Berdych
% de 1er service 68 % 58 %
Aces 14 12
Double fautes 1 6
Fautes non provoquées 18 23
Pts gagnés sur 1er service 70 % 82 %
Pts gagnés sur 2d service 49 % 44 %
Coups gagnants (dont service) 44 51
Pts gagnés sur service adverse 34 % 37 %
Balle(s) de break convertie(s) 1/8 (13 %) 4/6 (67%)
Approche vers le filet (% de réussite) 66 % (25/38) 67 % (20/30)
Total de points gagnés 118 127
Service le plus rapide 204 km/h 222 km/h
Vitesse moyenne du 1er service 190 km/h 208 km/h
Vitesse moyenne du 2d service 163 km/h 159 km/h
Source : wimbledon.org

Cette rencontre a durĂ© 2 heures et 35 minutes. Le suisse perd gros au classement. Vainqueur l’an passĂ© au dĂ©pens d’Andy Roddick, il avait Ă  ce titre 2000 points ATP Ă  dĂ©fendre. Avec son parcours de quart de finaliste, il perdra 1640 points (les 360 points gagnĂ©s moins les 2000 qu’il avait Ă  dĂ©fendre) au prochain classement ATP Ă  paraitre lundi prochain. Il comptera ainsi Ă  compter de cette date 6885 points (8525 – 1640).

Il sera passĂ© au classement par Novak Djokovic qui avec  une demi finale (il s’est qualifiĂ© face Ă  Yen-Hsun Lu, voir ci dessus) comptera au minimum 6905 points (grâce aux 720 points dĂ©jĂ  gagnĂ©s sur ce Wimbledon comparĂ©s aux 360 de l’an passĂ© qu’il avait Ă  dĂ©fendre en vertu de son parcours de quart de finaliste) lors du prochain classement.

Si vous voulez en savoir plus sur les points ATP, consultez ce lien qui explique la situation.

Portugal vs Espagne, distance parcourue par les joueurs

Vous trouverez ici les statistiques de la distance parcourue par les joueurs du match (de la coupe du monde 2010 de football) ayant opposĂ© le Portugal Ă  l’Espagne.

Ă€ la gauche du joueur en question son numĂ©ro. Ă€ droite du nom du joueur figurera si nĂ©cessaire et entre parenthèse le moment de la rencontre oĂą il quitta le terrain ou pour l’hypothèse des remplaçants le moment oĂą il entra en jeu.

Nous ne pouvons que vous inviter à prendre ces données avec des pincettes. En effet l’outil statistique n’est rien (ou une source d’erreur et d’inconséquence dans les conclusions qu’on peut en tirer) sans une réflexion préalable ET une connaissance du contexte. En effet celui qui croira par exemple que la moyenne de distance parcourue d’un milieu de terrain est 15km sera choqué par des chiffres bien inférieurs, par exemple dans la région des 10-12.

Ceci est un exemple, il y en a d’autres qui renvoient au rythme ou à l’évolution d’un match.

Portugal vs Espagne: Distance parcourue par les joueurs des deux Ă©quipes
Portugal
Espagne
1. Eduardo 4.452km 1. Casillas 3.048km
2. B.Alves 9.518km 3. Piqué 9.511km
6. Carvalho 10.004km 5. Puyol 8.843km
7. Ronaldo 10.270km 6. Iniesta 11.394km
11. Simao (71) 9.102km 7. Villa (87) 8.917km
15. Pepe (71) 8.856km 8. Xavi 11.698km
16. Meireles 11.594km 9. Torres (57) 6.290km
18. Almeida (57) 6.821km 11. Capdevilla 10.110km
19. Tiago 11.522km 14. X.Alonso (92) 11.500km
21. R.Costa 9.711km 15. Ramos 10.880km
23. Coentrao 10.864km 16. Sergio 10.395km
Remplaçants
Remplaçants
8. P.Mendes (71) 2.745km 4. Marchena (92) 115m
9. Liedson (71) 2.478km 18. Pedro (87) 705m
10. Danny (57) 4.347km 19. Llorente (57) 3.704km
source: fifa.com

.

Cette rencontre a fait l’objet d’une analyse que vous pouvez lire en cliquant ICI.

Pour consulter les statistiques de la distance parcourue par les joueurs dans les autres rencontres de ce mondial 2010, cliquez ICI.

Paraguay vs Japon, distance parcourue par les joueurs

Vous trouverez ici les statistiques de la distance parcourue par les joueurs du match (de la coupe du monde 2010 de football) ayant opposé le Paraguay au Japon.

Ă€ la gauche du joueur en question son numĂ©ro. Ă€ droite du nom du joueur figurera si nĂ©cessaire et entre parenthèse le moment de la rencontre oĂą il quitta le terrain ou pour l’hypothèse des remplaçants le moment oĂą il entra en jeu.

Nous ne pouvons que vous inviter à prendre ces données avec des pincettes. En effet l’outil statistique n’est rien (ou une source d’erreur et d’inconséquence dans les conclusions qu’on peut en tirer) sans une réflexion préalable ET une connaissance du contexte. En effet celui qui croira par exemple que la moyenne de distance parcourue d’un milieu de terrain est 15km sera choqué par des chiffres bien inférieurs, par exemple dans la région des 10-12.

Ceci est un exemple, il y en a d’autres qui renvoient au rythme ou à l’évolution d’un match.

Paraguay vs Japon: Distance parcourue par les joueurs des deux Ă©quipes
Paraguay
Japon
1. Villar 5.546km 1. Kawashima 5.117km
3. Morel 13.231km 2. Abe (80) 9.056km
6. Bonet 13.624km 6. Komano 11.914km
9. Santa Cruz (93) 10.131km 4. Tulio 11.424km
10. Benitez (59) 6.790km 5. Nagatomo 12.986km
13. Vera 12.929km 7. Endo 13.842km
14. Da Silva 11.989km 8. Matsui (64) 7.217km
16. Riveros 13.797km 16. Okubo (105) 11.509km
19. Lucas 12.305km 17. Hasebe 13.132km
20. Ortigoza (74) 8.397km 18. Honda 12.995km
21. Alcaraz 11.967km 22. Nakazawa 11.062km
Remplaçants
Remplaçants
7. Cardozo (93) 2.516km 9. Okazaki (64) 6.382km
8. Barreto (74) 5.098km 11. Tamada (105) 1.851km
18. Valdez (59) 6.209 14. K.Nakamura (80) 4.582km
source: fifa.com

.

Pour consulter les statistiques de la distance parcourue par les joueurs dans les autres rencontres de ce mondial 2010, cliquez ICI.

Espagne vs Portugal Analyse

villahorsjeuL’Espagne a éliminé le Portugal sur le score de 1 à 0 et s’est ainsi qualifiée pour les quarts de finale de la coupe du monde 2010 où elle affrontera le Paraguay vainqueur plus tôt dans la journée du Paraguay.

L’équipe de Vincente Del Bosque l’a fait via un but hors-jeu, si et seulement si on considère que sur le but de Villa, Xavi a prolongé d’une roulette (ce qui semble être le cas) la passe d’Iniesta après un appui avec Llorente qui venait d’entrer.
Ce hors-jeu éventuel, vous n’en aurez pas entendu parler pendant le match sur TF1, pas d’avantage sur Canal + (lors du dit Canal Football Club). Car ces derniers firent pire que cela. Ils reconnurent la déviation de Xavi MAIS image  de derrière le but à l’appui, ils déclarèrent l’action licite. On peut s’interroger quant à leurs intentions eux qui aiment nous montrer sur certaines phases de jeu (et par exemple celle-ci, le hors jeu) la vue qu’avait l’arbitre ou son assistant au moment de la dernière passe. Ici ils prirent l’angle de vue le moins favorable à la démonstration de la vérité et eurent l’outrecuidance de bloquer la déviation en question de Xavi au départ de celle-ci comme s’il s’agissait d’une passe ordinaire. Mais ce n’était pas une passe ordinaire où on peut dire que le ballon quitte le pied presque en même temps qu’il en entre en contact. Mais ici il en allait différemment. Car avec une roulette il y a un temps qui fait qu’on ne peut faire croire que le moment où dans ce cas de figure le joueur touche le ballon correspond au moment où le ballon quitte son pied.
Il n’en reste pas moins que même dans leur hypothèse, Villa est hors jeu si on prend la seule vue qui doit être pour le déterminer.

Si on démarre notre article par ce fait, c’est d’abord parce qu’il a été bafoué quand il ne fut pas carrément passé sous silence, c’est ensuite parce qu’il changea tout dans un match serré même si les espagnols avaient la majorité de la possession du ballon. Ce fut enfin parce qu’il intervint lors d’une période où les espagnols poussaient fortement et les portugais avaient montré des capacités de réactions certaines en première période après un début de rencontre difficile mais où ils ne concédèrent pas de but. Ce but de Villa, il offrit aux champions d’Europe 2008 des espaces dont ils n’avaient pas disposé ce qui avait dans l’ensemble aseptisé leur expression collective sans pour autant les mettre à l’abri d’une menace adverse.
Des espagnols dont l’état d’esprit dĂ©plorable ne nous aura pas Ă©chappĂ©. On pense Ă  toutes ces fautes « sans ballon »1 et non sifflĂ©es par exemple après qu’un joueur portugais ait fait une intervention, ce qui Ă©liminait momentanĂ©ment ce dernier de l’équation (15, 18, 26, 30, 45). Les portugais les rejoignirent sur ce terrain vers la fin de la rencontre (après le but espagnol il faut le souligner, cf 79, 82). R.Costa sembla alors particulièrement nerveux. Il fut exclu (89) sur une phase de jeu qui ressembla farouchement Ă  celle qu’il nous avait Ă©tĂ© donnĂ© de voir entre Motta et Sergio au retour de la demi finale de la ligue des champions entre Barcelone et l’Inter Milan. Motta avait effectuĂ© un raffut, Sergio tomba Ă  terre, entrouvrit un Ĺ“il et quand il remarqua que l’arbitre avait signalĂ© la faute (il y avait faute mais pas agression) il simula un acte violent pour faire expulser son adversaire qui venait d’être averti. Ici Capdevilla fut moins discret pour regarder si l’arbitre avait mordu Ă  son hameçon mais une fois qu’il s’en fut assurĂ© il se roula par terre. Ă€ la diffĂ©rence près qu’ici, le raffut fut loin d’être Ă©vident. Et le fait qu’il regarda d’abord vers l’arbitre avant de se rouler par terre ensuite ne plaide pas en faveur de sa bonne foi (car les images ne montrent pas tout, parce qu’elles ne peuvent tout filmer). Cette remarque reposant notamment sur le fait que si on est touchĂ© (et gravement Ă  en croire sa seconde rĂ©action) n’a-t-on pas comme premier soucis sa blessure plutĂ´t que l’attention de l’arbitre ? Toujours est-il que R.Costa fut exclu via un carton rouge direct.

L’Espagne se disposa dans une sorte de 4411 dans cette rencontre. Villa prit le couloir gaucheespagneportugal même si on le vit parfois dans l’axe. Le couloir droit fut lui pris par Ramos, Iniesta jouant dans un rôle plus recentré.
Face à l’Espagne, le Portugal s’organisa en 433 avec Ronaldo dans un rôle libre, libre parfois aussi de ne pas se replacer. Alors on vit Almeida prendre un coté et Ronaldo se positionner à la pointe de l’attaque, une pointe dans son camp. En possession du ballon, le Portugal opta pour du jeu long à fins de déviation de son attaquant Almeida (1 ;22 ;25 ; 37). Pour du jeu dans la largeur il fallait compter par exemple sur l’apport de Coentrao, le latéral gauche portugais (13 ;16 ;38 ;42).
Les portugais eurent peu d’occasions de contrer dans cette première période, les espagnols restant toujours à trois ou quatre derrière.
Ces derniers eurent des difficultĂ©s, face Ă  une Ă©quipe dĂ©fendant au moins Ă  10, pour faire la diffĂ©rence. Il y eut le dĂ©but de rencontre (avec des frappes qui ne nĂ©cessitèrent pas d’arrĂŞts de classe mondiale de la part d’Eduardo) mais ensuite ils vinrent buter dans l’axe que ce soit en y cherchant la solution via la passe (dans la profondeur ou pas, cf 17, 18, 23, 31, 33, 34), Iniesta s’illustrant nĂ©gativement dans ce domaine ou via des tirs lointains (30, 32, 43 ce dernier Ă©tant l’œuvre de PiquĂ© contrĂ© des 35 mètres par Pepe).
Quant au jeu sur les cotĂ©s et les centres (avant ou après percussion, il pouvait aussi s’agir de frappes quand c’Ă©tait Villa qui partait de son cotĂ© pour revenir vers l’axe) ils ne furent pas l’option première et manquèrent de prĂ©cision, on pense particulièrement ici Ă  Ramos (13 ;18 ;46).

On a évoqué la tactique, passons maintenant au développement des actions de cette première période.
Torres rentrait de la gauche et tirait coté opposé du droit de l’intérieur de la surface (à environ 1 mètre du coin de la surface de réparation). Eduardo détournait (1’). Villa un peu plus excentré et loin que Torres tentait aussi sa chance. Eduardo détournait de nouveau (2). Torres cherchait à éliminer Coentrao d’un grand pont. Le latéral portugais effectua dans la surface une protection du ballon qui fit tomber Torres. L’arbitre estima que c’était licite (5).
Les espagnols tiraient de nouveau au but après un mouvement collectif. Capdevilla effectua une course sans ballon vers l’intérieur du terrain et la surface de réparation pour se situer. Cela libéra un peu d’espace sur le coté et Xavi l’utilisa pour donner à Villa derrière Capdevilla. Le futur attaquant du Barça rentra alors vers son pied droit pour tirer depuis l’intérieur de la surface et dans un angle fermé. Il cadrait mais Eduardo repoussait couvrant logiquement son premier poteau (6).
Le Portugal répondait, mais le centre de Ronaldo depuis le coté droit était trop profond pour Almeida devant le but (9).
Ronaldo (19) était victime d’une de ces fautes qu’on a évoqué près de la ligne de touche coté gauche (au milieu du terrain) alors qu’il venait de rendre le ballon à Coentrao. L’action se poursuivit et Meireles décalait Tiago lequel frappait puissament. Casillas détourna ce tir mais vers son but. Sous la pression de Almeira il dégagea des poings sur sa ligne de but (20).
Xavi et Villa tentait de procéder via un 1-2 mais la remise était un peu trop longue (24).
Ronaldo (suite à une faute sur Almeida) tentait sa chance de 37 mètres depuis l’axe gauche. Son tir décroisé ne fut pas capté par Casillas qui n’en marqua pas l’intention, relevant ses deux mains vers le ciel plutôt que vers son corps pour l’arrêter dans la niche comme on dit chez les gardiens. Aucun des portugais qui suivirent ce tir repoussé ne purent en profiter (38).
Tiago gagnait son duel avec Xavi Alonso puis le ballon partait coté gauche. Suite à un 1-2 entre Coentrao et Meireles, le ballon revenait au second qui centrait du droit depuis la gauche du terrain. Almeida reprenait de la tête mais décroisait trop sa reprise, qui termina à coté des buts de Casillas (38).
L’Espagne dans une moins bonne passe s’en remettait à du jeu long vers Torres. Coentrao dans sa tentative de dégagement de la tête fut trop court et concédait le corner en déviant ce ballon vers son camp. Ce corner engendra une occasion portugaise sur un des rares contres de cette première période. Eduardo relança long pour Meireiles aux alentours du rond central. À une touche il prolongea dans l’espace vers Simao lequel fut devancé en dehors de sa surface par Casillas qui dégagea son camp (41)
On retrouvait encore les portugais qui centrait via Coentrao. Tiago put reprendre de la tête mais gêné par Puyol il la croisa trop et ne put trouver le cadre.
Pepe après une sortie de balle remarquable (mais volontaire avec une réalisation si propre ?) tergiversa ensuite et mit en difficulté Coentrao quand finalement il lui donna le ballon en retrait. Ce dernier fut victime d’un pressing haut de l’Espagne et perdit le ballon au profit d’Iniesta qui voulut défier Carvalho mais perdit son duel face au défenseur de Chelsea (44).
C’est sur ce score que fut atteinte la mi-temps.

Suite de l’analyse en page 2

  1. les guillemets pour le cas où Ronaldo poussa son ballon pour passer entre Sergio et Puyol pour être fauché par le défenseur espagnol : 15

RĂ©sultats quarts de finale Femmes

29 juin 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans 2010

Vous pouvez consulter ici les rĂ©sultats fĂ©minins des quarts de finale du tournoi de tennis de Wimbledon, Ă©dition 2010. C’est un tableau complet avec des liens vers chacun des tours et parties de tableau. Wimbledon est le troisième des 4 grand chelem de l’annĂ©e (ont prĂ©cĂ©dĂ© l’Open d’Australie et Roland Garros et suivra l’Us Open).

1er Tour Tableau 1 2 3 4
2ème Tour Tableau 1 2
16ème de Finale
8ème de Finale
Quart de Finale
Demi Finale
Finale
Serena Williams (1) 7 6
v Serena Williams
Na Li (9) 5 3
Petra Kvitova 4 7 8 Petra Kvitova
v
Kaia Kanepi 6 6(8) 6
Kim Clijsters (8) 6 4 2
v Vera Zvonareva
Vera Zvonareva (21) 3 6 6
Tsvetana Pironkova 6 6 Tsvetana Pironkova
v
Venus Williams (2) 2 3

Brésil vs Chili Analyse

29 juin 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans 8ème de finale

Le Brésil disputera les quarts de finale après sa victoire 3 à 0 face au Chili. Une équipe chilienne, trop impatiente,  (ou/et) trop brouillonne pour espérer une autre issue qu’une défaite large face à ces brésiliens qui quand ils ne purent pas exploiter des espaces (but 2 et 3 par exemple mais aussi 4 ;5 ;17) optèrent pour un jeu patient où tantôt ils vinrent s’enferrer dans l’axe (111 ;15 ;19 ;21 ;39 ;44 au mieux ils obtinrent des fautes) tantôt via l’apport de Maicon coté droit notamment ils obtinrent des corners par exemple (le premier but vint de cette filière là).

Les chiliens eux eurent à l’œuvre des volontés contradictoires. D’un coté en effet ils eurent l’intentionbresilchili de jouer vite, ce qui signifiait en contrepartie un risque de perte de balle rapide mais de l’autre on les vit presser à la perte du ballon (16 ;32). La contradiction tenant ici au fait qu’on ne « récupère » physiquement ni par le temps où on a le ballon ni quand on ne l’a pas. Dit autrement ils mettaient trop d’énergie comparativement à récupérer le ballon par rapport à leur temps d’exploitation de ce dernier quand il l’avait. Cette fatigue là risquait de les exposer à terme sur le plan physique. On eut aussi des phases plus posées, moins rapides  Mais alors cela donnait le temps à beaucoup de ses joueurs de se livrer et si la dernière balle était sinon médiocre du moins imprécise, cela pouvait les exposer au contre. Ici la contradiction si contradiction il y a tient au dernier geste. Celui qui va aller percuter dans l’axe au milieu de terrain (comme Beausejour : 36) alors que sur les cotés ses latéraux ont pris les couloirs expose son équipe. Ici quitte à tenter, une frappe largement à coté vaut mieux qu’une perte de balle sur un duel perdu dans l’axe. De même quand un milieu de couloir centre alors que son équipe s’est portée vers l’avant, un centre finissant en 6 mètres sera préférable à un centre difficile vers les 16 mètres qui permet le contre. Le principe ici est simple, l’application reste elle plus complexe.  Il consiste à chercher dans ces conditions le « geste qui tue » (tir,  centre parfait) en prenant le risque de  se rater grossièrement plutôt qu’autre chose qui peut être un compromis comme chercher quelqu’un via un centre dans la zone où il y a des partenaires (37).

La première occasion fut brésilienne. Depuis le rond central le Brésil jouait vers le coté droit et derrière la défense pour Fabiano. Contreras glissa dans sa reprise d’appui car il sembla qu’il était parti dans un premier temps pour suivre Fabiano pour du jeu en appui, alors que ce dernier se retourna pour solliciter le ballon dans la profondeur. In fine, le sévillan tirait de façon croisée aux environs de la surface de réparation (4).

Les brésiliens obtenaient plusieurs corners (deux) puis une touche sur l’opportunité suivante (6-7-8). Cela permit de confirmer ce que l’on avait pu constater contre l’Espagne. À savoir que plutôt que d’essayer par exemple de trouver un appui devant, les chiliens optent pour d’autres options, peut-être faute de choix afin de sortir d’une phase défensive. Toujours est-il que le Brésil récupéra une touche, car plus tôt Sanchez avait, en vain,  décider de provoquer balle au pied alors qu’il était près de son poteau de corner. Suite à cette touche le ballon était donné en retrait. G.Silva tirait décroisé depuis l’extérieur de la surface. Bravo détournait en corner (8).

Une des formes d’expression du Chili fut de prendre appui à terre sur Sanchez (12 ;28 ;43) lequel cherchait ensuite soit à donner à son latéral qui prenait son couloir soit à se retourner vers l’axe pour chercher Suarez devant. C’était son choix  sur cette action là mais ce dernier n’inquiétait pas Cesar dans sa frappe (12).

Kaka éliminait Carmona coté gauche puis poursuivait son rush coté gauche avant d’essayer de se recentrer via un 1-2 avec Robinho. La remise fut interceptée par la défense chilienne (21).

Sur une phase plus patiente, le Chili concluait une phase de jeu de ce type par un tir de Beausejour contré en corner (23).

Suite à une faute sur Alves de Carmona le Brésil disposait d’un coup franc (25). Qui lui permit d’obtenir un corner. Lucio fut trouvé et effectua dans la surface une passe derrière sa jambe d’appui. Dans la continuité de cette passe il fut mis à terre (d’un tacle) par Contreras en retard. L’arbitre ne broncha pas (la question est alors : en aurait-il été de même  à un autre endroit du terrain, la réponse à cette question déterminant si il est opportun d’ouvrir le débat sur le fait qu’un penalty devait ou pas être accordé) et le Brésil obtenait un autre corner. Tiré par Maicon, il était repris de la tête par Juan, à coté (27).

Maicon prenait son couloir et obtenait un corner (33). Il le tirait. Juan profita alors de la mêlée autour de lui impliquant notamment ses partenaires Lucio et Fabiano pour se retrouver seul et marquer d’une tête décroisée sur laquelle Bravo fut trop court pour intervenir : 1-0 (34).

Brésil STATISTIQUES (source fifa.com) Chili
3 Buts Marqués 0
6 Tirs cadrés 3
11 Tirs non cadrés 12
2 Cartons Jaunes 3
0 Cartons Rouges 0
14 Fautes commises 18
8 Corners 6
1 Hors jeu 1
51% Possession (%) 49%
100.549km Distance parcourue 108.562km

.

Les brésiliens doublaient la mise  sur contre. Il venait d’en avoir un mais Fabiano avait manqué sa dernière passe (36). Sanchez centra de la droite, sans débordement préalable. Un centre trop en retrait alors que son équipe était en nombre à l’avant. Maicon dégagea en l’air. À la retombée 30 mètres plus loin Fabiano qui dévia de la tête dos au but chilien vers Robinho. Ce dernier, depuis le milieu du terrain environ, porta le ballon coté gauche sur 35 mètres environ avant de revenir vers l’axe et de donner latéralement à Kaka. Le joueur du Milan AC joua à une touche devant lui pour Fabiano (la pointe de ce triangle) en position licite qui effaça le portier adverse d’un dribble avant de conclure dans le but vide du droit : 2-0 (37).

C’est de nouveau d’une exploitation des espaces que vint le dernier but. Alors que l’équipe du Chili était coupée en 2, Ramires effectua une percée pleine axe puis ayant fixé plusieurs adversaires libéra le ballon pour Robinho sur sa gauche qui enroula à une touche du droit de façon décroisée : 3-0 (58).

C’était le score final pour le Brésil qui rencontrera vendredi prochain à 16 heures (au stade de Port Elizabeth) les Pays-Bas (vainqueur plus tôt 2-1 de la Slovaquie) au prochain tour. Deux équipes qui ont assuré l’essentiel pour le moment mais sans impressionner dans leur faculté à faire la différence dans le jeu et collectivement face à des équipes regroupées. Malheur donc à celui qui prendra l’initiative ?

Remplacements:

Brésil: Fabiano (Nimar 75), Kaka (Kleberson 80), Robinho (Gilberto 85)
Chili: Contreras (Tello 45), M.Gonzalez (Valdivia 45), Isla (Millar 61).

Brésil vs Chili, distance parcourue par les joueurs

Vous trouverez ici les statistiques de la distance parcourue par les joueurs du match (de la coupe du monde 2010 de football) ayant opposé le Brésil au Chili.

Ă€ la gauche du joueur en question son numĂ©ro. Ă€ droite du nom du joueur figurera si nĂ©cessaire et entre parenthèse le moment de la rencontre oĂą il quitta le terrain ou pour l’hypothèse des remplaçants le moment oĂą il entra en jeu.

Nous ne pouvons que vous inviter à prendre ces données avec des pincettes. En effet l’outil statistique n’est rien (ou une source d’erreur et d’inconséquence dans les conclusions qu’on peut en tirer) sans une réflexion préalable ET une connaissance du contexte. En effet celui qui croira par exemple que la moyenne de distance parcourue d’un milieu de terrain est 15km sera choqué par des chiffres bien inférieurs, par exemple dans la région des 10-12.

Ceci est un exemple, il y en a d’autres qui renvoient au rythme ou à l’évolution d’un match.

Brésil vs Chili: Distance parcourue par les joueurs des deux équipes
Brésil
Chili
1. Cesar 3.907km 1. Bravo 4.500km
2. Maicon 9.349km 2. Fuentes 8.780km
3. Lucio 8.755km 4. Isla (61) 7.119km
4. Juan 8.323km 5. Contreras (45) 4.427km
6. Bastos 9.429km 6. Carmona 11.234km
8. G.Silva 10.436km 7. Sanchez 9.824km
9. Fabiano (75) 7.009km 8. Vidal 10.614km
10. Kaka (80) 8.426km 9. Suazo 11.406km
11. Robinho (84) 9.009km 11. M.Gonzalez (45) 5.314km
13. D.Alves 11.112km 15. Beausejour 10.110km
18. Ramires 10.537km 18. Jara 9.949km
Remplaçants
Remplaçants
16. Gilberto (84) 810m 10. Valdivia (45) 5.276km
20. Kleberson (80) 1.331km 20. Millar (61) 4.143km
21. Nilmar (75) 1.919km 21. Tello (45) 5.866km
source: fifa.com

.

Cette rencontre a fait l’objet d’une analyse que vous pouvez lire en cliquant ICI.

Pour consulter les statistiques de la distance parcourue par les joueurs dans les autres rencontres de ce mondial 2010, cliquez ICI.

Pays-Bas vs Slovaquie, distance parcourue par les joueurs

Vous trouverez ici les statistiques de la distance parcourue par les joueurs du match (de la coupe du monde 2010 de football) ayant opposé les Pays-Bas à la Slovaquie.

Ă€ la gauche du joueur en question son numĂ©ro. Ă€ droite du nom du joueur figurera si nĂ©cessaire et entre parenthèse le moment de la rencontre oĂą il quitta le terrain ou pour l’hypothèse des remplaçants le moment oĂą il entra en jeu.

Nous ne pouvons que vous inviter à prendre ces données avec des pincettes. En effet l’outil statistique n’est rien (ou une source d’erreur et d’inconséquence dans les conclusions qu’on peut en tirer) sans une réflexion préalable ET une connaissance du contexte. En effet celui qui croira par exemple que la moyenne de distance parcourue d’un milieu de terrain est 15km sera choqué par des chiffres bien inférieurs, par exemple dans la région des 10-12.

Ceci est un exemple, il y en a d’autres qui renvoient au rythme ou à l’évolution d’un match.

Pays-Bas vs Slovaquie: Distance parcourue par les joueurs des deux Ă©quipes
Slovaquie
Pays-Bas
1. Mucha 4.121km 1. Stekelenburg 4.063km
2. Pekarik 10.917km 2. Van der Wiel 10.582km
3. Skrtel 9.266km 3. Heitinga 9.348km
5. Zabavnik (87) 9.070km 4. Mathijsen 8.958km
7. Weiss 10.109km 5. Van Bronkhorst 9.877km
11. Vittek 9.541km 6. Van Bommel 8.989km
15. Stoch 10.000km 7. Kuyt 10.615km
16. Durica 9.388km 8. De Jong 9.878km
17. Hamsik (86) 10.595km 9. Van Persie (79) 8.613km
18. Jendrisek (70) 7.979km 10. Sneijder (91) 10.213km
19. Kucka 10.744km 11. Robben (70) 7.465km
Remplaçants
Remplaçants
10. Sapara (86) 870m 17. Elia (70) 2.631km
14. Jakubko (87) 752m 20. Afellay (91) 164m
20. Kopunek (70) 2.573km 21. Huntelaar (79) 1.628km
source: fifa.com

.

Pour consulter les statistiques de la distance parcourue par les joueurs dans les autres rencontres de ce mondial 2010, cliquez ICI.

Page Suivante »