Arsenal vs Barcelone Analyse

31 mars 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans quart de finale

Arsenal et Barcelone se sont séparés sur le score de 2 buts partout hier à l’Emirates Stadium à l’occasion des ¼ de finale aller de la ligue des champions 2009-2010.
Les joueurs locaux auront concédé 2 buts sur des phases identiques dans le premier quart d’heure de la seconde période avant de revenir à la fin d’une rencontre que Barcelone termina à 10, Puyol se faisant expulsé pour une faute dans la surface sur Fabregas. Ce dernier tout comme Pique (avertis tous d’eux d’un jaune, voir développent de l’article pour des détails sur ce sujet) manqueront aussi le match retour.

Le Barca se disposa dans un 4411 avec Messi en joueur librearsenalbarca de faire ce qu’il veut. S’il fut majoritairement dans l’axe il alla aussi tantôt à gauche tantôt à droite. En pointe Ibrahimovic. Sur les cotés du milieux de terrain Keita à gauche et Pedro à droite. Ces derniers s’entendirent comme suit offensivement avec leur latéral respectif : un des deux qui resserrait l’axe pour que l’autre prenne le couloir (exemple sur la seconde période : 47 ;48 ;63 ;88 ;91).

Messi chercha à se placer entre les lignes (1 ;4 ;5 ;32) et fit particulièrement mal en début de match. Quand ils perdaient le ballon haut dans le camp adverse, ils mirent en place un pressing haut (2 ;3 ;3 ;7 ;10 ;13 ;19 ;25 ;42 en première période, 56 ;65 ;73 ;88 en seconde) pour empêcher Arsenal de ressortir.

Cela nous permet d’aborder la tactique de l’équipe locale.
Ils débutèrent le match en donnant l’impression de vouloir répondre à la publicité faite de ce match : ainsi une pression minimale sur l’adversaire, un replacement douteux (surtout des joueurs de couloirs, Nasri et Arshavin, et c’était particulièrement fâcheux eu égard à l’organisation développée sur ce point par les catalans) et quand il récupérait le ballon en phase défensive, il semblait vouloir mettre un point d’honneur à relancer sans recourir au jeu long. Problème, le pressing adverse et sur qui cette responsabilité (de relancer à terre et court) tomba : les défenseurs qui ne sont pas des joueurs d’Arsenal les plus à même de remplir cette difficile tâche.

Quand Arsenal se décida à mettre un peu plus d’intention dans le harcèlement (même si cela se caractérisa d’abord par une intervention irrégulière d’Arshavin sur Sergio, il y eut ensuite Nasri : 21 ;30 et Clichy par exemple : 26), défendit en nombre dans ses 40 mètres (défense à 10 : 32) et s’autorisa à jouer long vers Bendtner avec un peu de régularité (7 ;10 ;17 puis 27 ;29 ;34 ;36 ;39 ;42 ;44), ils purent investir d’avantage le camp adverse et s’exprimer via des centres notamment (19 ;21 ;34 ;37 ;43 ;46). Offensivement Barcelone eut alors plus de difficultés à s’exprimer, Ibrahimovic sera par exemple pris à plusieurs reprises au piège du hors jeu (23 ;28 ;39).

Mais entre temps les hommes à Wenger avaient essuyé un grain terrible :

Dés la première minute du match, Diaby perdait le ballon et Messi était trouvé entre la défense et le milieu. Il portait le ballon puis écartait sur le coté, le centre était bien orienté et il fallait une intervention en tacle de glissé de Vermalen pour écarter en corner le danger (1). Le corner était tiré de la droite, l’homme positionné au coin des 6 mètres (Bendtner) n’était pas attentif sur l’exécution de ce dernier et la passe en retrait et à ras de terre parvenait dans la surface pour Sergio qui reprenait du droit, croisé : Almunia détournait pour un autre corner.
Pedro était recentré et jouait à une touche entre les lignes évoquées plus tôt pour Messi. Qui revenait vers son pied gauche et tirait du gauche : insuffisamment croisé cela filait droit sur Almunia qui détournait (5).

Diaby perdait le ballon dans le camp adverse, et dans la foulée Ibrahimovic était alerté dans la profondeur ; il allait au bout de son action et dans un angle fermé visait avec son tir le premier poteau : petit filet extérieur (8).

Alves coté droit centrait : pour Keita aux environs des 18 mètres. L’ancien lensois remisait de la tête pour Xavi lequel donnait tout en se retournant à Messi aux 18 mètres. L’argentin envoyait sa frappe « dans les nuages » (13).

La domination était alors totale avec Almunia ou des défenseurs près de lui repoussant 3 tentatives à eux d’eux. Gallas manqua son intervention dans l’axe, la faute à la protection du ballon de Messi qui finalement laissait passer. Derrière eux, Ibrahimovic héritait du ballon et tirait du gauche : Almunia réagissait promptement pour opposer une main gauche ferme. Peu après Xavi se voyait contré de près par le portier espagnol avant que sur ce renvoi, un défenseur ne supplée son gardien tout près de lui (13-14).

Alves centrait : Pique reprenait de la tĂŞte sur Almunia (17).

La partie s’équilibra après cet orage. Arsenal faisait passer le ballon de droite à gauche. Et Nasri était servi. Le français se remettait sur son pied droit et enroulait coté opposé. Cela retombait bien mais manqua d’angle : à coté (23).

Xavi et Keita procédait par 1-2 puis Messi était trouvé entre des lignes ressérées ; il donnait à Ibrahimovic qui devait se dépêcher (vu l’opposition) pour enchaîner contrôle et frappe du droit ; à coté (32).

Arsenal jouait long, Bendtner déviait pour Eboué avant de nouveau d’être en possession du ballon. Il éliminait coté droit pour centrer ; Diaby parvenait à reprendre de la tête, à la lutte avec Pique, mais c’était trop décroisé (34).

Bendtner ne parvenait pas à ouvrir la marque, même en s’y reprenant en 2 fois mais il était hors jeu sur ce centre venu de la gauche (36).

Arsenal sortait le ballon puis ce dernier allait de droite à gauche et Nasri s’emmenait cette fois le ballon vers son pied gauche pour centrer devant le but : Puyol devait s’employer pour dégager son camp devant Bendtler qui était à l’affût derrière lui pour capitaliser sur une intervention manquée du capitaine de Barcelone (43).

Les défenseurs barcelonais étaient de nouveau sollicité sur l’action suivante. Au départ un 1-2 Nasri-Fabregas pour un centre de Nasri ; Puyol d’un tacle glissé dégageait de nouveau (46).

C’est sur ce score de parité que fut sifflée la mi-temps.

Inter vs Moscou présentation

31 mars 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans quart de finale

Vous trouverez ici une prĂ©sentation du quart de finale aller de la ligue des champions 2009-2010 entre l’Inter Milan et le CSKA Moscou. La rencontre aura lieu Ă  Giuseppe Meazza , le mercredi 31 mars 2010.

moscouinter…………………………….Inter  Milan

…………………………………VS………. Ă  Giuseppe Meazza

……………………………………CSKA Moscou

Quart de finale aller de la ligue des champions 2009-2010

Dernières info

Inter Milan : Santon (genou) est indisponible. Sont suspendus Lucio et Motta. Le seront en cas de carton jaune lors de ÂĽ de finale aller, Samuel, Maicon et Zanetti.

CSKA Moscou : Sont douteux Mark Gonzalez et Honda. Seront suspendus en cas de carton jaune lors de ce ÂĽ de finale aller Aldonin, A.Berezutski, M.Gonzalez, Krasic et Odiah.

Commentaires et pronostic

Ce qui joue en faveur du CSKA Moscou :

- la condition physique, c’est une des Ă©quipes les plus fortes dans ce domaine (plus de 130km parcourus  par exemple pour l’Ă©quipe russe lors de son nul 3-3 Ă  Manchester United).

- des milieux (Honda, M.Gonzalez par exemple) qui disposent d’une bonne vivacité, domaine où l’Inter a été en difficulté le week-end dernier contre l’AS Roma.

- ils ne sont pas favoris, ils n’auront pas la responsabilitĂ© du jeu (d’autant plus qu’Ă  l’extĂ©rieur) et cela pourrait les avantager d’autant plus que cela placera l’Inter dans une position qui n’est pas sa prĂ©fĂ©rentielle.

Ce qui joue en faveur de l’Inter :

- équipe expérimentée et en progrès par rapport à l’an passé grâce aux apports d’Eto’o, Milito, Sneijder, Motta, Pandev et Lucio.

- Moscou a pas mal de joueurs sous la menace d’un carton jaune, cela jouera-t-il sur leur engagement ?

- Un banc pourvoyeur de plus de solutions que son adversaire ?

- Mourinho.

Pronostic : match nul 0-0

Arsenal vs Barcelone présentation

31 mars 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans quart de finale

Vous trouverez ici une prĂ©sentation du quart de finale aller de la ligue des champions 2009-2010 entre Arsenal et Barcelone. La rencontre aura lieu Ă  l’Emirates Stadium , le mercredi 31 mars 2010.

arsenalbarcelone…………………Arsenal FC

…………………………VS………. Ă  l’Emirates Stadium

……………………………FC Barcelone

Quart de finale aller de la ligue des champions 2009-2010

Dernières info

Arsenal FC: sont indisponibles Ramsey (tibia-péroné), Van Persie (cheville), Gibbs (métatarse) et Djourou (genou).
Fabregas, touché au genou contre Birmingham est incertain.
3 joueurs sont sous la menace d’un carton jaune : Fabregas, Clichy et Van Persie.

FC Barcelone: sont indisponibles Iniesta (déchirure à la cuisse) et Abidal (déchirure à l’aine). Pique (genou) est incertain.
2 joueurs sont sous la menace d’un carton jaune, Pique et Puyol.

Commentaires, tactiques possibles plus pronostic

Quand on entend parler du le jeu d’Arsenal il y a un élément évoquéarsenalbarcelonepresentation immanquablement, ce jeu de passe, ce travail en possession dans le camp adverse, ce travail de pressing haut à la perte du ballon, cette tendance à faire la passe de trop, façon de dire qu’on transmet le ballon alors qu’un tir était possible. Sur ce terrain, Barcelone (si tant est que l’équipe catalane joue bien en 433 et non dans ce 442 qu’on a pu voir contre Stuttgart et qui reste au stade des balbutiements et dont on doute, même si il permet à Messi de jouer dans l’axe et de le rendre ainsi moins prévisible et plus difficile à suivre par conséquent que dans une rencontre de cette envergure il soit le système choisi) semble partout au-dessus que son adversaire et notamment dans sa capacité à prendre sa chance.

Un autre Ă©lĂ©ment du jeu d’Arsenal est lui passĂ© sous silence (il n’est pourtant pas infamant, mĂŞme si Ă  Ă©couter les remarques d’Arsène Wenger après un match Ă  Villa cette annĂ©e c’est l’impression qui se dĂ©gage), c’est celui qui consiste pour les gunners Ă  allonger le jeu. Le retour de Bendtner (avant Adebayor tint ce rĂ´le de target man comme on dit en Angleterre, l’homme cible de ce jeu long) a de nouveau rendu crĂ©dible cette option de jeu. Elle permet de donner un autre axe de jeu Ă  l’équipe londonienne, elle permet aussi classiquement d’envoyer le ballon et l’équipe adverse dans son camp. Barcelone n’est pas incapable de jouer ainsi loin s’en faut, ainsi la finale de la dernière ligue des champions contre Manchester United.

Et vu ce qu’on a dit sur le premier point, on pense que c’est ce domaine (en ce que tout ce qu’il permet en plus des points évoqués ci-avant, on pense par exemple à attaquer sans trop se découvrir eux qui furent contrés plusieurs fois dans le premier point de leur jeu évoqué plus haut) qui sera clef si Arsenal veut faire la différence dans cette rencontre.
Maintenant, Bendtner (les joueurs en amont, les défenseurs qui allongent le jeu, et aval c’est à dire ceux qui l’entourent, pour les déviations, les seconds ballons par exemple), face à Puyol et/ou Pique, sera-t-il assez performant pour rendre ce jeu efficace, cette option de jeu sera-t-elle choisi (plutôt que de chercher une confrontation exclusive sur le premier point évoqué) et fut-ce le cas cela sera-t-il suffisant, des réponses à ces questions découle le pronostic issu de ce raisonnement.

Pronostic pour ce match:0-0

Bayern vs Manchester Analyse

30 mars 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans quart de finale

Le Bayern Munich s’est imposé deux buts à un lors de son quart de finale aller qui l’opposait à Manchester United. Les mancuniens auront marqué les premiers avant de concéder deux buts en seconde période dont un dans les dernières secondes du temps additionnel, Olic marquant le but décisif.

Ca rappellerait presque quelque chose… La différence avec 1999, c’est qu’il y aura un match retour, à Old Trafford où les hommes de Sir Alex Ferguson devront se racheter d’une performance inepte en ce qui concerne le jeu de passe. Bien sur ils ont bénéficié d’occasions qui auraient pu les voir accroître leur avantage au score en première ou seconde période ou encore reprendre l’avantage au score en fin de match. Mais cela n’aurait pas fait justice à leur production, il est bon de payer ses erreurs même contre un adversaire inférieur (ce que traduit le score) et le but de la victoire du Bayern est finalement assez révélateur de la seconde partie de match mancunienne.

bayernmanchestermatchTout démarra pourtant idéalement pour Manchester United. De Michelis qui disputait son second match depuis son retour, parut plus concentré sur ses adversaires que sur le ballon. Cela commença par un coup de pied donné à Nani qui ne présentait pourtant pas une menace enfermé qu’il était aux environs du poteau de corner. Et cela se conclut par une glissade alors qu’il ne regarda longtemps que Rooney et pas le ballon. Et quand il vit que le coup franc de Nani avait été dévié par l’unique homme qui formait le mur (Van Bommel) il tomba dans sa reprise d’appui. L’anglais, seul dans les 6 mètres, marquait d’une volée du plat du pied qui se logea sous la barre : 0-1, on jouait depuis une minute et deux secondes.

On pouvait maintenant aborder le domaine tactique, avec l’incertitude qui demeurera si le plan de jeu développé par les mancuniens étaient celui prévu avant ce but.
Il consista en défense à attendre pour initier un début d’opposition (et pas sur les défenseurs) quand le Bayern approchait à environ 40 mètres de ses buts. Avec des défenseurs aux 18 mètres, l’idée était simple : étouffer les munichois au milieu de terrain, quant à la profondeur la fenêtre ouverte restait réduite.
Offensivement il y eut deux types d’expression, du jeu direct et/ou long avec alors Nani principalement visé (0 ;5 ;8 ;8 ;14 ;30 ;40 ;45) et un Fletcher qui tourne autour et de la projection quand le Bayern se découvrait.
Pour les actions mancuniennes dans cette première période :

Ainsi ce jeu en triangle sur le coté droit (impliquant Nani Fletcher et Park) avec Park donnant finalement en retrait pour Scholes qui frappait sans contrôle (6).

Rooney sur un contre était contré par De Michelis dans sa tentative de frappe vers le premier poteau après s’être recentré. Plus avant Fletcher donnait à Nani dans la surface qui contrôlait vers son pied gauche puis frappait croisé mais à coté (15).

Ce centre de Nani qui heurta le haut de la transversale (20).
Van Buyten cafouillait dans ses 30 mètres, Fletcher récupérait et donnait à Rooney qui tentait d’enrouler : sans problème pour Butt (29)

Sur une attaque rapide, Fletcher se retrouvait coté gauche, il profitait que son adversaire prévoit qu’il revienne vers son pied droit pour s’emmener le ballon vers son pied gauche et centrer dans la foulée : cette fois De Michelis jouait le ballon mais manquait son interception. Rooney derrière lui en fut surpris. Il contrôla puis voulut tirer dans la foulée mais Butt promptement sorti(il n’avait pas non plus 10 mètres à faire) le contrait de près (38).

Sur du jeu long consécutif à un coup franc de Neville, Rooney remisait de la tête pour une frappe sans contrôle de Carrick du gauche : captée par Butt (44).

Juste avant Rooney avait temporisé pour servir Park dont la frappe déviait avait terminé en corner (42).

Coté munichois organisé dans un 4231 où Muller fut plutôt discret derrière Olic (et où Robben forfait fut remplacé par Altintop) on nota que des deux défenseurs centraux, Van Buyten tenta quelques sorties (16 ;17) et à voir la nature de son apport on comprit pourquoi il lui était laissé de la latitude. Le jeu long s’orienta vers les cotés et Ribery ou Altintop, le premier nommé se faisant manger dans ce domaine par Neville (19 ;22 ;24). Les joueurs offensifs axiaux mais aussi les milieux de couloir furent cherchés en appui (11 ;15 ;22 ;32 ;40) pour ensuite donner à des latéraux participant. Mais le résultat, des centres ne gêna pas outre mesure les mancuniens (7 ;13 ;14 ;17 ;29 ;30 ;36). Là où le Bayern fut plus percutant c’est quand il parvint à percuter avec du mouvement (qui se traduisit alors par des 1-2), à trouver une fenêtre pour frapper de loin ou, unique cas, quand en l’occurrence Ribery parvint à réaliser l’ouverture parfaite vers les 18 mètres et dans le dos de la défense mancunienne.

Pour les actions munichoises dans cette première période :

Un 1-2 coté droit se concluait par un centre en retrait d’Altintop, contré (7).

Le corner de Badstuber était un peu trop fuyant pour De Michelis qui ne pouvait redresser sa tête qu’hors du cadre (12).

Scholes faisait faute dans l’axe mais l’arbitre laissait l’avantage, Ribery parvenait à s’avancer et tirait du gauche, dévié de près par Vidic le ballon rebondissait juste avant Van der Sar mais ce dernier captait en se couchant sur sa gauche (20).

Ribery se recentrait et adressait une balle plongeante dans la profondeur, Altintop auteur d’un appel croisé était servi mais son contrôle du bout du pied et en se mettant face au but était trop long, Van der Sar s’emparait du ballon (23).

Ribery en difficulté dans cette première période sur son coté se défaisait de Neville. Comment ? En laissant passer le ballon alors qu’il était dos au but pour se retourner et lâcher l’anglais en vitesse le long de la ligne de touche. Finalement il centrait du gauche, Van der Sar détournait, Altintop était à la réception, sa volée était écrasée, Ferdinand ne parvenait à intercepter et derrière Olic était trop court pour détourner ce tir vers le but : qui finissait à coté (27).

Suite à un 1-2 dans l’axe (Ribery, ou était ce Olic) était cherché dans la surface mais Neville coulissait remarquablement et dégageait son camp sans que le joueur local puisse s’emparer du ballon (28).

Pranjic tirait de loin, Van der Sar s’interposait en 2 temps (32).

Lyon vs Bordeaux présentation

30 mars 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans quart de finale

Vous trouverez ici une présentation du quart de finale aller de la ligue des champions 2009-2010 entre Lyon et Bordeaux. La rencontre aura lieu au stade Gerland le mardi 30 mars 2010.

lyonbordeaux……………………….Olympique Lyonnais

…………………………………....VS…………… au Stade Gerland

………………………………….Girondins de Bordeaux

Quart de finale aller de la ligue des champions 2009-2010

Dernières info

Olympique Lyonnais : Clerc et Anderson sont indisponibles. Seront suspendus en cas de carton jaune Govou, Lisandro, Cris et Pjanic.
Makoun et Basto ont fait leur retour de blessure samedi dernier contre Grenoble.

Girondins de Bordeaux: Planus (genou), Traoré (ichio-jambiers) et Sertic (pied), sont indisponibles. Alou Diarra est suspendu. En cas de carton jaune lors de cette rencontre Ciani et Planus (mais il ne jouera pas) seront suspendus.

Commentaires, tactiques possibles plus pronostic

Les deux équipes ont tellement à perdre1 que l’on se demande comment on pourrait éviter une rencontre fermée qui laisserait par son résultat les deux équipes dans la course pour le match retour. On pense au 0-0, qui permettrait à Lyon de se qualifier avec un nul à buts au retour (ou plus) et à Bordeaux d’avoir la « simple » tâche de gagner au retour pour aller en ¼.

Et n’oublions pas que ce n’est pas parce que le jeu est  fermĂ© (dans l’ensemble) qu’on ne peut marquer (et disposer Ă  un moment du match d’espaces). Et finalement ce pourrait ĂŞtre l’espoir des deux Ă©quipes : faire le minimum dans la prise de risque et en ressortir malgrĂ© tout avec un avantage (coup franc, bĂ©vue individuelle ou collective par exemple).

Attention aux effets pervers (ce n’est pas parce qu’on cherche à ne pas prendre de risques qu’on n’en prend pas dans les faits) car Lyon pourrait regretter de ne pas avoir pris avantage d’un Bordeaux sans Planus et Diarra et que plusieurs de ses joueurs si averti pourraient manquer le retour en cas de carton jaune reçu lors de cette rencontre aller (voir plus haut).

Tactiques possibles:

Olympique Lyonnais (433): Lloris, Reveillère Cris Boumsong Cissokho, Pjanic Toulalan Makoun, Govou Delgado Lisandro.

Girondins de Bordeaux (451): Carrasso, Chalmé Sané Ciani Trémoulinas, Gouffran Plasil Fernando Wendel Gourcuff, Chamakh.

Pronostic pour ce match: 0-0.

.

  1. quand auront-elles une occasion semblable d’accĂ©der au dernier carrĂ© de la compĂ©tition ? Ce n’est pas tous les ans que par exemple Liverpool  restera Ă  la porte des 8èmes

Bayern vs Manchester présentation

30 mars 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans quart de finale

Vous trouverez ici une prĂ©sentation du quart de finale aller de la ligue des champions 2009-2010 entre le Bayern Munich et Manchester United. La rencontre aura lieu Ă  l’Allienz Arena , le mardi 30 mars 2010.

bayernmanchester………………………Bayern Munich

………………………………VS……… Ă  l’Allianz Arena

………………………………Manchester United

Quart de finale aller de la ligue des champions 2009-2010

Dernières info

Bayern Munich: Gomez et Robben (mollet) sont incertains. De Michelis (blessures au visage) a fait son retour le week-end dernier contre Stuttgart (défaite 1-2). Robben lui est entré à la mi-temps lors de ce match et s’est fait une contracture au mollet. Schweinsteiger est suspendu. Il se dit que Pranjic, plutôt que Tymoshchuk. Choix qui paraît surprenant de privilégier un joueur (Pranjic, même s’il pourrait s’affirmer) qui n’a rien prouvé à ce niveau au dépens d’un autre (Tymoshchuk qui a joué auparavant avec le Zenith, vainqueur de la coupe de l’Uefa 2008 par exemple) qui est dans le cas contraire et qui a l’expérience du haut niveau européen.

En cas de carton jaune lors de ce match aller, Pranjic et Van Bommel seraient suspendus pour le retour Ă  Old Trafford.

Manchester United : Anderson (genou), Brown (métatarse), O’shea (cuisse), Owen (ischio-jambiers) et Hargreaves (en phase de reprise et non inclus dans la liste des joueurs sélectionnables pour cette seconde partie de la ligue des champions) sont indisponibles. Evans a fait son retour contre Bolton après une blessure au genou.
En cas de carton jaune lors de cette rencontre aller, Vidic sera suspendu pour le ÂĽ retour.

Commentaires, tactiques possibles plus pronostic

La façon dont Manchester United aura de gérer défensivement et offensivement les cas Robben et Ribery jouera un rôle fondamental dans cette rencontre.

En effet, Robben et Ribery sont tous deux des joueurs qu’on a placé sur le bayernmanchesterpresentation1coté opposé à leur pied fort. Ainsi le droitier Ribery joue à gauche, le gaucher Robben joue à droite. Ces deux joueurs ont tendance à rentrer vers l’intérieur du terrain pour utiliser leur meilleur pied.

Le rôle de Fletcher et Carrick notamment (Manchester devrait jouer en 433 avec Carrick et Fletcher à gauche et droite du triangle dont Scholes pourrait être la pointe défensive) sera donc très important pour gêner, par leur présence, ces recentrages.
On n’a pas évoqué les latéraux des deux équipes. Pour le Bayern on doute qu’il participe massivement (sauf à en prendre alors les risques qui vont avec) pour trois raisons. La première c’est que contre la Fiorentina et face une menace de moindre niveau (sauf à soutenir que la Fiorentina est supérieure à l’équipe anglaise), ils avaient été très prudents. La deuxième c’est que c’est que vu la propension des joueurs devant eux à participer offensivement ils ont un réflexe de prudence et de retenu qu’on peut comprendre et dans une certaine mesure justifier. La troisième c’est que Manchester avec son 433 et ses ailiers contribuera à cette retenue.

Offensivement Manchester devra exploiter les failles dans le travail bayernmanchesterpresentationdéfensif des deux joueurs évoqués (Ribery et Robben ndlr) soit en profitant des compensations (avec des milieux centraux comme Van Bommel venant sur le coté libérant alors de l’espace dans l’axe) soit en créant le surnombre sur les cotés (face à un latéral munichois qui serait alors isolé) avec la participation de ses latéraux, peut-être Rafael et, sûrement, Evra. Dans tous les cas, par exemple dans celui ou Ribery et Robben seraient exemplaire défensivement (et l’expérience nous fait remettre ce point très fortement en cause pour le français) ce travail ne serait pas inutile en ce qu’il diminuerait leur capacité sur le plan offensif et cela n’est pas neutre.

Dans la mesure où le Bayern semble vouloir développer un jeu direct et rapide mais qui entraîne du déchet (qu’on ne les voit pas ralentir le rythme sans en commettre aussi ; être capable de jouer à deux vitesses, cela ne s’invente ni s’improvise) que Manchester est fort capable d’exploiter, que le Bayern via sa lente défense (de Michelis ou Badstuber et Van Buyten) ou jouera sur une longue distance (hypothèse d’une défense qui joue bas) ou jouera haut mais en laissant des espaces dans son dos ou jouera bas en équipe (hypothèse ou les milieux et peut-être les attaquants font le choix de coller à leur défense mais alors ressortir le ballon peut être difficile), que Manchester n’a pas ces problèmes d’occupation du terrain et a les armes pour contrer les joueurs forts du Bayern, on donne l’avantage à l’équipe de Sir Alex Ferguson dés ce match aller.

MĂŞme si comme toujours, on ne peut exclure le but inscrit tĂ´t, la contre-performance, etc.

Pronostic pour ce match: Match nul avec buts ou victoire de Manchester United.

Roma vs Inter Analyse

29 mars 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans Championnat

L’As Roma s’est imposĂ©e face Ă  l’Inter de Milan sur le score de deux buts Ă  un Ă  l’occasion de la 31ème journĂ©e du championnat d’Italie.

Calcio J V N D BP BC Pts
1. Inter 31 18 9 4 58 28 63
2. Roma 31 18 8 5 56 35 62
3. Milan 31 17 9 5 49 29 60
4. Palerme 31 14 9 8 46 38 51

Cette victoire permet aux joueurs de Claudio Ranieri de revenir à 1 point de leur adversaire du jour à 7 journées du terme de la saison, édition 2009-2010.

(L’AC milan qui réalisa lors de l’affiche du dimanche le nul 1 but partout sur son terrain face à Lazio de Rome n’aura pas profité à plein de la défaite du leader. Ils reviennent néanmoins à 3 points de celui-ci.)

Ils auront marqué lors de deux temps cruciaux c’est à dire juste après le premier quart d’heure de jeu, et juste après, en seconde période, avoir concédé l’égalisation, il restait alors une vingtaine de minutes avant la fin du temps réglementaire.

Pourquoi ces deux moments furent cruciaux ? Parce que la Roma, romainterorganisé dans un 442 avec une occupation du terrain en fonction de l’endroit où se trouvait le ballon (ce qui fut utile face à la supériorité numérique des joueurs de l’Inter au milieu du terrain consécutive de son 442 en losange), un De Rossi milieu gauche et un Vucinic qui avait un œil sur les montées de Maicon quand il se replaçait, s’impliqua fortement sur le plan physique. On nota la participation des latéraux (7 ;11 ;12 ;25 ;36) qui se manifesta aussi par du pressing ainsi Riise qui pressa jusque loin dans le camp adverse : 43), le travail des milieux (idem et pour ceux de couloirs aussi ainsi le travail de Menez : 14 ;25) et des attaquants face à une équipe de l’Inter qui d’une part via de longs ballons (0 ;3 ;10 ;20 ;21 ;21 ;26) essaya d’étirer les lignes adverses et d’autre part chercha à faire voyager les joueurs locaux par des changements de coté (16 ;24 ;34 ;39 ;42) ce qui rendait encore plus intense ce travail.
Cette implication sur le plan physique, impliquait de faire la différence pour ou ne plus avoir à autant s’impliquer ou pour pouvoir voir venir (et on peut d’autant plus voir venir que la différence effectuée dans cette période de grande implication, de grande débauche d’énergie est importante) quand ça irait moins bien. Et c’est là qu’on vit l’importance du second but romain, marqué quand on entrait dans cette période difficile où l’Inter après l’égalisation sembla vouloir leur faire avaler la trompette pour le compte avec un travail de possession et d’usure physique de son adversaire.
Mais ce but de Toni redonna de l’air (au sens d’un avantage au score) aux joueurs locaux et l’Inter se heurta à la détermination locale qui se manifesta par une équipe regroupée en défense s’exprimant en contre.

Ce but de Toni, tout en rapidité d’exécution illustra aussi un domaine où la Roma se montra supérieure, celui de la vivacité.

L’inter ouvrit donc la marque juste après le quart d’heure de jeu. Suite à un faute dans l’axe droit, Pizarro centrait vers la surface, Burdisso non sans réaliser un ascenseur sur Cambiasso remisait vers le but. Cesar fit alors une faute de main sur une balle basse. Sa proximité avec Samuel rendit difficile une intervention dans ses 6 mètres et près de lui De Rossi tirait les marrons du feu : 1-0 (16).

L’inter réagissait avec un jeu en triangle. Motta d’une transversale trouvait Eto’o qui dos au but remisait pour Stankovic dont la frappe sans contrôle termina à coté du but (22).

Vucinic de la gauche rentrait dans l’axe et tirait des 18 mètres de façon enroulée : contré en corner (27).

Rome qui jouait parfois long aussi (3 22 26 40) était au second ballon et Menez s’imposait en vivacité au dépens de Zanetti, servi qu’il avait été vers la profondeur. L’argentin faisait la faute et récoltait un jaune, un de ceux1 qui furent distribués lors de cette première période. Ce coup franc (axe droit, à plus de 20 mètres des buts de César) était décalé par Pizarro pour Riise dont le tir eut un effet extérieur qui fit que le ballon fuit le but, alors que le portier intériste semblait sur la trajectoire d’une frappe qui aurait été cadré (30-31).

Cassetti percutait, Motta était pris en vivacité et la Roma bénéficiait d’un nouveau coup franc. Cette fois Pizarro le décalait mais pas pour Riise sur sa gauche, il le fit pour Vucinic sur sa droite qui tira sur la droite du mur : Cesar détournait en corner (36).
Maicon montait sur son coté droit, il était contré en corner par De Rossi. Tiré par Sneijder il était repris de la tête par Samuel (face à De Rossi): renvoyé par la barre transversale.
En fin de période, Eto’o qui venait de prolonger vers Milito était mis à terre irrégulièrement. Une faute est une faute qu’on soit en possession du ballon ou pas. L’arbitre ne bronchait pas et les joueurs de Mourinho rentraient la rage au ventre au vestiaire.

.

  1. plus tôt Samuel, 29 sur Pizarro ; plus avant Motta, 36, sur Cassetti pour l’Inter, coté romain Menez pour une faute sur Motta :25

Grand prix d’Australie: la course analyse et rĂ©sultats

28 mars 2010 par Erwan Delcourt  
Classé dans Grand Prix

Jenson Button a remporté le grand prix d’Australie 2010 de formule 1 devant le pilote Renault Robert Kubica et le Ferrari Felipe Massa.
La course a été émaillée de nombreux incidents. Le départ se fit sur piste humide avec les pilotes optant pour les intermédiaires.

Grand Prix d’Australie 2010
Arrivé Départ Pilote Équipe Tours Temps ou Raisons abandon
Points
1 4 Button Mclaren 58 1h33:36,531 25
2 9 Kubica Renault 58 + 12 secondes 18
3 5 Massa Ferrari 58 + 14,4 secondes 15
4 3 Alonso Ferrari 58 + 16,3 secondes 12
5 6 Rosberg Mercedes 58 + 16,6 secondes 10
6 11 Hamilton Mclaren 58 + 29,8 secondes 8
7 13 Liuzzi Force India 58 + 59,8 secondes 6
8 8 Barrichello Williams 58 + 60,5secondes 4
9 2 Webber Red Bull 58 + 67,3 secondes 2
10 7 Schumacher Mercedes 58 + 69,3 secondes 1
11 17 Alguersuari Toro Rosso 58 + 71,3 secondes
12 14 De la Rosa Sauber 58 + 74 secondes
13 19 Kovalainen Lotus 56 + 2 tours
14 24 Chandhok Hispania 53 + 5 tours
abandon 21 Glock Virgin 41 Suspension
abandon 22 Di Grassi Virgin 26 Problèmes hydrauliques
abandon 1 Vettel Red Bull 25 Problème à une roue
abandon 10 Sutil Force India 9 Moteur
abandon 18 Petrov Renault 9 tĂŞte Ă  queue
abandon 21 Senna Hispania 4 Problèmes hydrauliques
abandon 12 Buemi Toro Rosso 0 Accident
abandon 15 Hulkenberg Williams 0 Accident
abandon 16 Kobayashi Sauber 0 Accident
abandon 20 Trulli Lotus 0 Problèmes hydrauliques

.
M.Schumacher (finalement 10ème) avait dit, comme d’autres que la course serait longue et que tout pouvait s’y passer.
Il n’eut pas tort, elle fut longue pour lui et tout alla dans le mauvais sens. Jugez plutĂ´t : bien parti (4ème Ă  l’entrĂ©e du virage 1) il Ă©tait victime de l’accrochage entre Alonso et Button au premier virage. Le pilote anglais poursuivit sa route sans dommage. Quant Ă  Alonso il effectuait un tĂŞte Ă  queue emmenant Schumacher dans l’herbe qui devait finalement s’arrĂŞter pour changer son aileron avant. Il Ă©tait 20ème et la voiture de sĂ©curitĂ© Ă©tait en piste (Buemi et Hulkenberg Ă©tant dans le gravier)
Si Alonso remonta rapidement, celle (la remontée) de Schumacher fut moins aisée (on remarqua la résistance de Di Grassi). Et quant, plus tard, il passa finalement Alguersuari (23ème tour), ce fut pour buter sur De la Rosa. Aux alentours de la mi-course (29ème tour) il opta alors pour un changement de pneumatiques (son second et vu les temps que lui et Alguersuari réalisèrent ça en décida d’autres mais pas tous à changer de pneumatiques). Mercedes, en tant que « champion du monde en titre » des constructeurs, avait le choix de son emplacement.
L’écurie allemande choisit donc de prendre celui le plus près de la sortie des stands. Sauf que avec la pluie, l’immĂ©diate sortie de cet emplacement Ă©tait très humide (au point de crĂ©er une gerbe d’eau au passage de la voiture) et cela ne fit que rendre moins efficace les pneumatiques mis. En consĂ©quence, leur deux pilotes furent en difficultĂ©. Schumacher fut donc passĂ© dans son tour de sortie (le 30) par Alguersuari, la mĂŞme chose intervint pour Rosberg face Ă  Webber (tour 34).
Schumacher (re)dépassa finalement Alguersuari en fin de course puis De la Rosa pour s’emparer de la 10ème place. Rosberg ne passa Webber et Hamilton (pour finir 5ème) qu’à la faveur d’un accrochage entre ces deux là (qui avait déjà eu maille à partir au tour 16 et alors c’est Massa qui en avait profité pour passer ces deux hommes) alors que Hamilton avait juste avant tenté de prendre le meilleur sur Alonso.

Suite de l’article, les classements pilotes et constructeurs ainsi que les meilleurs temps en course, Ă  consulter en page 2.

Page Suivante »