Drogba gâche tout.. sans même le comprendre

25 mars 2006 par Erwan Delcourt  
Classé dans Championnat

Le plan de jeu (sic) des joueurs de Manchester City était clair et le fut d’autant plus qu’il était dicté par des absences importantes telle celle de Cole, opéré pour la deuxième fois du genou, de Sibierski qui laissèrent Vassel seul en pointe et abandonné. Ses coéquipiers jouaient, eux, bas dans leur partie de terrain.
Attendre était donc le plan avant éventuellement de surgir pour un hypothétique hold-up. Cela aurait pu marcher d’ailleurs, Mills mettant en difficulté Cech d’un tir croisé du gauche(26). Ce plan avait une implication : stopper les contres dés qu’il s’amorçaient par des fautes d’anti-jeu.

Ce qu’ils ne manquèrent pas de faire (sur Duff à la 26ème ; sur Cole à la 28ème), ce qui agaça particulièrement les blues. Qui n’étaient pas en reste avec l’expert en chef Didier Drogba qu’une bourrasque de vent envoya au tapis à la 23ème minute. Ce n’était malheureusement que le début de son récital grotesque qui se finit avec une interview qui malheureusement en dit long sur son comportement passé, présent et futur, la prise de conscience ne faisant, semble-t-il pas, partie, de ses « capacités ».

Ce plan comporte un avantage certain : étant donné que le seul attaquant de pointe(Vassel) se trouve en compagnie des deux défenseurs centraux(Terry et Carvahlo) plus un ou deux des arrières latéraux (Ferreira et, ou Del Horno) selon que Chelsea attaque à droite ou à gauche, cela signifie que sur la partie de terrain ou se joue l’action Manchester City est en supériorité numérique, ses 9 joueurs de champs en position défensive ayant à faire face à 6 joueurs des blues. Voilà pour la théorie.

Mais ce plan repose sur au moins une hypothèse : ne pas faire d’erreur technique dans la relance. En défendant bas les erreurs commises dans ce secteur sont difficilement rattrapables :

De là découlèrent certaines des actions de Chelsea :

Tel à la 6ème ou après une balle perdue au 35 mètres par Floyd, Gudjohnsen décalait sur la gauche Lampard qui croisait trop sa frappe.

Tel à la 20ème ou une nouvelle perte de balle ( cette fois de la part de Ireland) en milieu de terrain vit Lampard solliciter Drogba qui frappa du gauche, James s’emparant du ballon en deux temps.

N’ayant personne à surveiller, les défenseurs latéraux de Chelsea se lancèrent alternativement à l’assaut des buts de James. Ainsi

A la 9ème Gudjohnsen ne pouvait reprendre un bon centre de Ferreira.

A la 13ème une transversale de 35 mètres de Del Horno trouvait Drogba qui ne laissait pas retomber la balle au sol et tentait un lob, au dessus.

A la 43ème, sur un centre de Ferreira Ferreira croisait trop sa tête.

Dans l’intervalle Chelsea avait ouvert le score à la 29ème, Gudjohnsen trouvant Drogba qui dans un premier temps revint dans l’axe pour finalement se remettre la balle sur son pied gauche et tromper James d’une frappe croisée. (1-0)

3 minutes plus tard, Chelsea accentuait son avantage.

Suite à un corner tiré par Lampard, Terry reprenait de la tête ; celle-ci était renvoyée sur la ligne par James. A l’entrée de la surface, Cole dévissait sa frappe sur Gudjohnsen qui remettait pour Drogba qui, contrôlait de la main avant de tromper James à bout portant(2-0, 32).

Le carton récolté pour protestation par Distin passait d’anecdotique à dramatique 15 minutes plus tard

Liverpool malgré Gerrard remporte un derby agité

25 mars 2006 par Erwan Delcourt  
Classé dans Championnat

liverpool

everton.Liverpool FC

………………….VS ……… Ă  Anfield

……………………….Everton FC

Premier League 2007-2008

………………………………………..

10 cartons jaunes, deux cartons rouges, l’engagement dans son coté négatif était de sorti hier à Anfield. Conséquence directe, une première mi-temps insipide avec, surprise, les joueurs les plus techniques distribuant les mauvais coups :

attentat de Cahill (14) sur Gerrard

tacle puis semelle de Alonso sur Kilbane (16) et Neville.

attentat de Gerrard (17) sur ce même Kilbane ceci lui valant un carton jaune et donc rouge, le capitaine des reds venant d’être averti la minute précédente pour un geste d’humeur.

Bref hier il était plus question de la hauteur des crampons que d’actions brillamment élaborées.

Coté actions justement c’était la parité, Liverpool répondant à une bonne entame des toffees(action de Cahill à la 6ème et 9ème)nom donné aux joueurs de Everton, par de timides incursions : Garcia(6ème et 23ème) Alonso (14ème) et un tir dévissé de Kewell (25ème). L’expulsion de Gerrard permis à Everton de prendre le contrôle du match mais ni Osman, ni Beattie sur coup-franc ne leur permettaient de concrétiser par un but leur domination. Pire c’est Liverpool qui ouvrait le score grace à … P.Neville qui marqua contre son camp juste avant la mi-temps sur un corner bien ajusté par Alonso.

Les reds s’en sortaient bien et Everton pouvait nourrir des regrets.

Ceux-ci n’allaient que s’amplifier avec un nouveau but concédé dés le retour des vestiaires. Reyna d’un long dégagement trouvait Crouch qui d’une subtile remise de la tête donnait pour Garcia qui à l’angle droit de la surface de réparation trompait d’un lob R.Wright. Imparable.

Même à 10 contre 11 les choses se compliquaient pour les joueurs de D.Moyes. D’autant plus que Crouch, déjà imprenable en première période, ne l’était pas davantage en seconde, ceci étant renforcé par le fait que l’arbitre M.Dodd se mettait à siffler les « ceinturages » des défenseurs Weir et Stubbs. Ainsi les coups francs obtenus et un jeu dos au but rendu plus facile permirent aux reds de récupérer le ballon 30 mètres plus haut qu’il ne l’avait fait précédemment. Crouch n’en restait pas là. En pressant les défenseurs adverses dans leur relance il empêcha ceux-ci de trouver les milieux de terrain ou attaquant et permis à ses coéquipiers de récupérer plus aisément le ballon. Conséquences directes, des actions de but et un adversaire étouffé :

Alonso trouvait la barre sur coup franc (66)

Garcia était contré par Stubbs àprès une remarquable action(dribble dans un espace réduit puis centre en retrait) de Crouch sur l’aile droite (67ème).

Tir croisé de Kewell repoussé par Wright (68ème).

Coup franc de Riise (71ème) .

Un coup franc d’Alonso trouva Hyppia qui d’une tête décroisée parvint à tromper Wright, but invalidé par l’arbitre pour un hors jeu de Crouch, qui ne faisait pas action de jeu L’erreur de l’arbitre assistant pouvant s’expliquer par le fait que la déviation de Hyppia était à ce point fine qu’il a pu penser que c’était le géant anglais qui en était l’auteur.(77ème)

Feuille de match plus Notations des joueurs de Liverpool

Liverpool: 451 Reina, Finnan, Carragher, Hyypia, Riise, Luis Garcia, Gerrard, Sissoko, Alonso, Kewell (Warnock 87), Crouch (Morientes 90).

Remplaçants non utilisés: Dudek, Kromkamp, Fowler.

Expulsé: Gerrard (18).

Avertis: Gerrard, Alonso, Kewell.

Buts: Neville 45 csc, Luis Garcia 47, Kewell 84.

Everton: 451 Wright, Hibbert, Weir, Stubbs, Naysmith, Osman, Cahill, Neville, Kilbane (Van der Meyde 68), Beattie, McFadden (Ferguson 67).

Remplaçants non utilisés: Turner, Yobo, Davies.

Expulsé: Van der Meyde (73).

Avertis: Cahill, Stubbs, Kilbane, Weir, Ferguson, Neville, Hibbert.

Buts: Cahill 61.

Affluence: 44,923.
Arbitre: P Dowd (Staffordshire).

Notation des joueurs de Liverpool:

Reyna : 2.5 A l’origine du 2ème but de Liverpool ; s’est fait remarquer en fin de match avec une sortie ratée à la 81ème et un mauvais geste, aussi stupide qu’inutile, sur Ferguson. L’arbitre ne l’a pas relevé, nous si.

Finnan : 4.5 Malmené sans dommage en premier mi-temps, il s’est repris en seconde ainsi cette passe décisive menant au troisième et dernier but de Liverpool.

Hyppia : 5 a eu fort à faire face à Beattie ; s’en est fort bien sorti remportant 6 de ses 9 duels. A marqué de la tête sur un coup franc de Alonso. Malheureusement pour lui, l’arbitre a jugé bon de signaler un hors jeu de Crouch.

Carragher 5.5 : Rien à redire sur sa performance. Soulignons deux interventions de classe : D’une part un sauvetage délicat sur un centre venu de la droite et d’autre part une belle passe en retrait effectuée sous la pression de Beattie.

Riise : 4 Mis en difficulté par Mcfadden en première mi-temps. Davantage à son aise en seconde bien aidée en cela par le scénario du match.

Sissoko 5 Une première mi-temps discrète ou lui et ses compères du milieu furent dominés par celui d’Everton. En deuxième période il a fait parlé sa puissance physique lui qui est encore à court de compétition n’ayant repris la compétition que ce mercredi en coupe contre Birmingham.

Riise : 4 Mis en difficulté par Mcfadden en première mi-temps. Davantage à son aise en seconde bien aidée en cela par le scénario du match.

Sissoko 5 Une première mi-temps discrète ou lui et ses compères du milieu furent dominés par celui d’Everton. En deuxième période il a fait parlé sa puissance physique lui qui est encore à court de compétition n’ayant repris la compétition que ce mercredi en coupe contre Birmingham.

Gerrard 0 Un Q.I d’huître pour faire une faute grossière et méchante alors qu’il n’y avait aucun danger. Une mémoire de poisson rouge pour oublier qu’il venait juste d’être sanctionné d’un carton jaune pour avoir, tel un benêt, envoyé le ballon en tribune, frustré qu’il était d’une part de son début de match médiocre et d’autre part du coup franc justement accordé pour une faute de Alonso sur Kilbane. Expulsé justement ; il aura bien du mal de faire pire…

Alonso 5.5 Première mi-temps insipide ou il nous a gratifié d’inhabituel ballons perdus, fautes commises, dont une vilaine semelle sur P.Neville. Un joueur différent en seconde période ou la qualité de ses coups de pieds arrêtés a fait la différence. Il a également été le joueur qui a le plus cristallisé sur lui l’agressivité des joueurs de Everton. Ainsi, des trois fautes commises sur lui en seconde période 2 ont valut un carton jaune et une un carton rouge.

Kewell 5.5 Auteur d’un but superbe, il a comme beaucoup de ses coéquipiers été meilleur en première qu’en seconde période.

Garcia 6 Une menace en première mi-temps même s’il n’a pas trouvé le cadre. Un manquement rétabli d’un superbe lob du pied gauche à la 47ème minute.

Crouch 7 L’homme du match. Il a gagné presque tous ses duels(6/9) en première période malgré le fait qu’il ait été constamment ceinturé, et ce en toute impunité. Peuvent lui être reprochées deux temporisations sans conséquences néfastes pour son équipe à la 10ème et 40ème. En seconde il a remis Liverpool sur les rails :

en déviant de façon parfaite la balle qui a permis à Garcia de filer au but ;

en harcelant les défenseurs de Everton dans leurs relances, il a permis à son équipe de jouer 20 mètres plus haut ce qui a fait toute la différence. A gratifier aussi de quelques gestes techniques de classe tels sur ces 2 actions de la 67ème et 83ème ou il s’est débarrassé grâce à des dribbles effectués dans des espaces réduits de ses adversaires directs pour à chaque fois donner ensuite de bons ballons à ses coéquipiers. N’en déplaise, un joueur unique, justement ovationné par Anfield à sa sortie du terrain.

R. Benitez : « Nous devons apprendre, Steven (Gerrard ndlr) et tous les joueurs qu’on peut jouer avec son cerveau autant qu’avec son cœur. C’est important dans chaque match. Steven est vraiment déçu mais heureux pour l’équipe. Il sait qu’il a créé une situation difficile pour l’équipe ; ça doit nous servir de leçon pour le future. »
D.Moyes : « C’est une occasion gâchée. A 11 contre 10 on aurait du prendre le contrôle du match. C’est ce qu’on faisait jusqu’au moment ou nous avons concédé ce but contre son camps avant la mi-temps et un autre à la reprise. Tout ce qui avait été dit à la pause ne fut d’aucune utilité puisque on s’est tout de suite retrouvé mené 2-0 ce que nous n’avions pas prévu. »