L’inter à son rythme

28 janvier 2006 par Erwan Delcourt  
Classé dans Championnat

L’inter, fort d’une série de 10 victoires et un nul, se déplaçant à Lecce, 20ème et qui vient de se séparer de son entraîneur, on pouvait s’attendre à un parcours de santé pour Mancini et ses hommes.

interCela semblait parti pour, en atteste ces 10 premières minutes ou bien que les actions les plus tranchantes étaient à mettre au crédit de Lecce (Vucinic mettant à contribution Cesar, à la 7ème minute, cette action en suivant une autre de Gorginio non cadrée,1ère) c’est l’Inter qui imposait son rythme. Ils étaient, il faut le dire bien aidé en cela par leurs opposants qui avaient décidé, du moins dans les 20 premières minutes, de jouer bas, sans pressing avec pour seul but de résister dans un premier temps et si possible ensuite de profiter des quelques contres qu’ils pourraient se procurer. Ces dix premières minutes se conclurent par un coup franc frappé des 30 mètres par Veron, pp le détournant en corner. Un Veron particulièrement à son aise en se début de partie, qui nous a régalé de quelques transversales bien senties, et, il faut le dire, rendues plus facile à exécuter par la liberté dont il disposait pour les exécuter. La période de domination de l’Inter allait se conclure par un beau décalage de Cruz pour Stankovic celui-ci rabattant trop sa frappe.
C’est à moment que les 22 acteurs décidèrent de donner raison à tous ceux qui pensent qu’un match italien ne peut se dérouler sans accrochages (Cordoba en l’espace de 20 minutes sera par trois fois, 6 ;28 ;29, victime des rudesses de son opposant direct), coup de coude (Stankovic ; 33), joueurs qui se font justice (Figo ;27), faute à 40 mètres(Vucinic ; 31), dans l’unique but de stopper prématurément les actions adverses, le folklore se terminant par Cambiasso récompensé d’une faute (37) en sa faveur alors qu’il venait de mettre une semelle à l’estomac de son adversaire direct.

L’Italie dans son stéréotype le plus négatif mais aussi dans le positif quand Zanetti nous offrit une illustration de la façon dont doit coulisser un arrière droit quand un des défenseurs centraux est amené à couvrir un de ses arrières latéraux(49).

Dans l’intervalle, notons cette action de Figo( 42ème) qui, alors qu’il venait de changer de coté (Stankovic faisant le chemin inverse) débordait son opposant pour centrer vers Cruz, centre repoussé dans l’axe sur Cambiasso qui sans contrôle reprenait de volé sur le gardien qui détourna la balle en corner.

C’en était fini de cette première mi-temps déroulée sur un rythme lent mais agréable dans sa première partie, haché mais instructif dans sa seconde.

La seconde mi-temps, elle, marquait un changement dans la détermination de l’équipe locale. Elle décidait, en effet de, si ce n’est prendre les choses en main du moins de ne plus regarder jouer son adversaire. L’inter de son coté n’était pas en reste, le changement le plus notable consistant dans le fait que Adriano décrochait bien d’avantage, qu’il ne l’avait fait jusqu’alors. Les conséquences étaient doubles :

D’une part le pressing des joueurs de Lecce eut pour conséquence un jeu plus latéral de la part de Veron et Cambiasso.

Ceci fut efficace de la 45ème minute à la 71ème moment ou, l’inter premait l’avantage à la suite d’une attaque placée, Cambiasso, positionné à l’angle de la surface de réparation et de la ligne de corner servait Cruz qui remettait pour Figo qui d’une reprise immédiate trompait le portier adverse.

D’autre part, Adriano, particulièrement, discret en première période, allait profiter de ce remaniement tactique pour faire l’étalage de sa classe : Tout d’abord à la 47ème il élimina un joueur de Lecce pour enchaîner par une frappe décroisée que le gardien repoussa en corner;à la 80ème où après avoir dribblé son opposant, il enroula sa frappe qui passa juste à coté du but ; ensuite, (à la 88ème) bien servi entre deux joueurs par Veron , il décroisa trop sa frappe. Enfin, il décala Stankovic, à la 93ème pour ce qui fut le second but des intéristes.

Les intéristes avaient eu le temps d’avoir peur, la faute à Casseti, intenable qui ne baissa pas les bras, même quand son équipe fut réduite à dix après l’expulsion de fff pour un deuxième carton jaune (faute sur Adriano). Pour preuve, cette frappe soudaine de 30 mètres à la 80ème minute ; cette action de la 83ème ou Cesar allait prouver qu’il ne semble pas plus à l’aise dans le jeu de main que ce qu’il nous avait montré au pied en première période (7) : sur un coup franc venu de la droite il passait complètement au travers surprenant même Casseti qui ne put cadrer sa tête.

La suite on la connaît .. Au final, l’équipe interiste aura eut le mérite de marquer dans une période ou elle n’en menait pas large pour ensuite profiter des espaces, assurant une victoire qui leur permet de rester à 8 points de la Juventus, toujours leader.

Notation des joueurs de l’Inter + RĂ©action:

Cesar  2 : Un jeu au pied défaillant (7), et une toile en fin de match (83) heureusement sans conséquence pour son équipe.

Zanetti  6 : Par trois fois il a admirablement coulissé pour empêcher les opportunités de Lecce de se transformer en actions de buts. N’a pas participé offensivement.

Cordoba 4.5 : Malmené (le plus souvent irrégulièrement) en première mi-temps ; Une talonnade bien sentie (49ème) qui n’efface pas une mauvaise passe dans une zone dangereuse en première mi-temps et une prestation d’ensemble qui n’inspire pas la confiance.

Samuel  4.25 : Idem que pour son compère de la défense centrale, mais sans la talonnade.

Favalli (claqué) puis Bundisso averti (4.5).

Figo  5 : Un bon débordement ; un mauvais geste en première mi-temps ; un carton jaune en seconde ; un but.

Cambiasso  4.5 : Libero du milieu de terrain ; Une tendance appuyée à la passe latérale mais n’hésite pas à participer offensivement tel sur cette frappe en fin de première période.

Veron  5 Dix premières minutes de classe nous ont rappelé quel joueur de classe il est. Mais le reste du match nous a aussi montrer qu’avec un pressing il redevient le joueur qu’il était à Manchester et Chelsea, capable de perdre beaucoup de ballon comme ces 5 perdus en l’espace de 15 minutes en première mi-temps. Pour sa défense il tente parfois des choses difficiles.

Stankovic  2.5 :Son but, qui nous a rappelé sa présence sur le terrain, ne peut faire oublier sa prestation médiocre car parsemé de mauvais gestes, d’une implication limitée et de passe et tir raté.

Cruz  4.5 : Impliqué sur le but ; n’a été que trop peu sollicité dans les airs mais il a libéré par sa présence des espaces pour Adriano.

Adriano 6.5 : Une première mi-temps très moyenne (pour un joueur de son niveau) mais une seconde de feu ou il a décroché, provoqué et été décisif en un mot. Peu en réussite sur les coups francs (47 ;80).

Mancini
: « Ce ne fut pas un match facile. Lecce a très bien occuper le terrain et on a eut du mal à trouver des espaces. Il était important de marquer en premier et le match a changé après le but de Figo. Mais l’Inter a contrôlé du début à la fin et c’est important. La Juventus est en tête et ils sont en train de faire des choses extraordinaires. Ils sont irrattrapables pour nous en ce moment. On doit continuer sur notre rythme et espérer que les choses continuent à bien aller.[…] Malheureusement on a perdu des points dans la première partie de la saison quand nous avons eu 3 matchs en 10 jours contre la Roma, la Samp et la Lazio. On a gâché la chance de prendre les points qui aujourd’hui nous séparent de la tête ».